Home / Actualité / La mort de Brahim Ghali se confirme selon nos sources concordantes

La mort de Brahim Ghali se confirme selon nos sources concordantes

​La révélation menace l’avenir du Front Polisario : la mort de Brahim Ghali. Le secrétaire général du Front Polisario ayant succédé à Mohamed Abdelaziz en juillet 2016, est décédé ce jeudi à l’hôpital militaire d’Ain-Naadja à Alger des suites d’une cirrhose de foie. Une complication due à une infection par le virus de l’hépatite C (VHC) ayant atteint un stade très avancé.
Une information révélée aujourd’hui par Mohamed Lamine Ould El Bouhali à des proches au moment où la direction de la RASD impose un embargo sur la nouvelle. Déjà le 11 mars dernier, certains membres de la délégation parlementaire espagnole, qui avaient rencontré Ghali à Bir Lahlou avaient remarqué le visage décomposé du secrétaire général du Polisario et sa difficulté à s’exprimer.

La maladie de Ghali a été plusieurs fois pointée du doigt par Mohamed Lamine Ould El Bouhali, son principal opposant. Les informations sur son inaptitude physique avaient fleuri au lendemain de son élection à la tête du Front Polisario en juillet 2016. Le 10 février dernier, lors d’une réunion des chefs des régions, la même information mise en exergue par Mohamed Lamine Ould El Bouhali avait provoqué l’ire du défunt successeur d’Abdelaziz et de son camp. Les deux hommes avaient même failli en arriver aux mains, se limitant à une vive altercation verbale étant donné l’état de santé déjà chancelant à l’époque du désormais ex-secrétaire du Front.

Celui qui n’a jamais admis le choix porté sur Ghali pour succéder à Abdelaziz avait ouvertement critiqué l’état de santé du secrétaire général du Front Polisario. Les symptômes de son infection par le VHC, à l’instar de son humeur changeante et la jaunisse flagrante dont il souffre, aux côtés de ses troubles dépressifs et la perte de poids liée à ses dysfonctionnements gastriques, avaient poussé le numéro deux du mouvement à s’interroger encore une fois sur la capacité de Brahim Ghali à diriger le mouvement. Ould El Bouhali a aussi estimé que les voyages en catimini du chef du Polisario à l’étranger et notamment en Amérique latine peuvent alerter la population des camps, menaçant ainsi la cohésion au sein des camps.

A 72ans, Brahim Ghali avait présenté de sources médicales certains symptômes lors de son voyage à Cuba en mai 2017, où des médecins lui avaient diagnostiqué une cirrhose de foie. Un diagnostic que Ould El Bouhali a imputé l’origine au rythme de vie débridé de Brahim Ghali.

Dès l’officialisation de son décès et l’aval des autorités algériennes, la dépouille du secrétaire général du Front sera inhumée à Tifariti, une localité située dans la zone tampon non loin de la ville de Smara, sa ville natale. Quant au nom de celui qui lui succédera à la tête du Front, le grand prétendant semble être l’ex-ministre de la défense, Mohamed Lamine Ould El Bouhali, un ancien de l’Armée algérienne et qui s’acharnera cette fois-ci à se faire adouber par les locataires du Palais d’El Mouradia.

About admin

Check Also

Hommage aux Afro-descendants en Europe (Parlement européen – Bruxelles)

Quelle place pour les Afro-descendants en Europe ? Un Obama en Europe est-il possible ? …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *